Planification axée sur les risques

PLANIFICATION AXéE SUR LES RISQUES

Directive concernant l’élaboration d’un plan municipal de mesures d’urgence en cas de feux de forêt

Objet

L’objet de cette directive est d’aider les municipalités à élaborer un plan de mesures d’urgence en cas de feux de forêt (le plan). Les incendies de forêt peuvent menacer considérablement la sécurité publique, la santé, l’environnement, les biens et l’économie. Les répercussions des incendies de forêt peuvent être localisées ou étendues. L’élaboration et la mise en place d’un plan de mesures d’urgence en cas de feux de forêt sont facultatives puisque ce dernier va au-delà des exigences du programme actuel établi par la loi. Bien que les municipalités aient actuellement en place des plans d’intervention en cas d’urgence conçus pour traiter tous les dangers, les pratiques recommandées suggèrent que les programmes de gestion des situations d’urgence basés sur les risques sont plus solides.

Il est fortement recommandé d’élaborer le plan de mesures d’urgence en cas de feux de forêt en collaboration avec un représentant du programme de gestion des feux du ministère des Richesses naturelles (MRN).

Objet et portée

L’objet de ce plan est de permettre une intervention initiale tactique coordonnée de la municipalité et de ses partenaires en cas de situation d’urgence causée par un incendie de forêt (p. ex., les mesures à prendre pour la fumée, la protection des structures et des infrastructures, etc.). Ce plan a pour portée de désigner les organismes dirigeants de la municipalité qui interviennent en cas d’incendie de forêt; de détailler leurs rôles et responsabilités, leurs exigences en matière de ressources humaines et d’autres ressources, leurs besoins d’information sur les situations d’urgence; ainsi que d’évaluer les considérations financières et juridiques.

Autorité et mise à jour

[Nommez l’autorité en vertu de laquelle votre plan est rédigé (p. ex., règlements administratifs).]

[Discutez du cycle d’examen et de révision du plan, qui en est responsable et à quelle fréquence la tâche devra être effectuée. Nous recommandons que cet examen soit fait annuellement ou après un événement associé au danger (c.-à-d. après un exercice, après une situation d’urgence réelle).]

Par exemple : Ce plan est publié à l’Annexe____ du Plan d’intervention en cas d’urgence de ____________ conformément au règlement administratif _____ et à la Loi sur la protection civile et la gestion des situations d’urgence, L.R.O 1990. Le dépositaire du plan doit être _____________, qui est responsable de l’examen, de la révision et du test annuels du plan. »

Description des dangers et des risques

Les conseils d’un représentant du programme de gestion des feux du MRN seront très précieux pour évaluer les dangers et les risques qui menacent la municipalité en cas d’incendie de forêt. Il faudrait revoir les caractéristiques des dangers et des risques régulièrement (par exemple, annuellement ou lorsque des changements importants surviennent) pour s’assurer de prendre en compte les variations quant aux occurrences des incendies (c’est-à-dire l’augmentation ou la diminution du nombre d’incendies, leur emplacement, leur ampleur, les groupes responsables, etc.) et les mesures prises pour contrer les risques (prévention, litiges, etc.). Il est également important de tenir compte de tout changement important lié à l’utilisation des terres qui peut avoir une incidence sur les dangers et les risques qu’entraînent les incendies de forêt.

Caractéristiques du danger

Un danger d’incendie de forêt est la menace posée par les combustibles naturels dans les zones boisées qui se trouvent sur le territoire d’une municipalité ou en bordure de celle-ci et qui peut être aggravée par l’activité humaine (défrichage, exploitation forestière ou industrielle) en raison de l’accumulation de rémanents (débris de bois grossiers et fins générés au cours de l’exploitation forestière ou par le vent, la neige ou une autre perturbation naturelle de la forêt) ou d’autres matériaux manufacturés inflammables. Le degré de menace peut varier en fonction de la composition et de la santé de la forêt, de la période de l’année, des conditions météorologiques (temps humide ou sec, aridité) et des sources d’inflammation possibles. Les incendies de forêt à l’extérieur des municipalités peuvent tout de même constituer une menace en raison des dégagements de fumée ou des dommages potentiels aux infrastructures essentielles comme les lignes électriques.

Les feuillus sont moins susceptibles de s’enflammer que les conifères parce que leurs feuilles contiennent généralement un pourcentage d’humidité plus élevé et que leurs résines sont moins inflammables. Cependant, en période de sécheresse ou d’aridité, même les forêts de feuillus peuvent être extrêmement inflammables. Les forêts saines sont plus résistantes aux incendies que celles qui contiennent un nombre élevé d’arbres morts, qui brûlent immédiatement en raison du manque d’humidité. Les incendies de forêt peuvent être déclenchés par des facteurs naturels comme la foudre, ou encore par des activités humaines. Une croissance de la population et des activités industrielles à l’intérieur et autour des zones forestières peut accroître la menace des incendies de forêt.

Dans les forêts de conifères, le feu peut se propager très rapidement du sommet d’un arbre à un autre, augmentant ainsi sensiblement la vitesse de propagation par rapport à un feu de surface, et accroissant, par le fait même, l’urgence de la situation. Les incendies peuvent également se produire dans des zones limitrophes entre la forêt et les terres agricoles; ce sont souvent des feux d’herbe au départ qui atteignent la forêt ou vice versa. Les tisons transportés par le vent peuvent enflammer des terres boisées et des pâturages situés à des kilomètres du lieu de l’incendie, et la fumée dégagée par les flammes ajoute à la complexité de la situation d’urgence.

Selon l’étendue de la forêt dans la municipalité et autour, l’intensité du feu et les vents dominants, un incendie de forêt pourrait toucher une partie ou la totalité de la communauté. La fumée dégagée par un incendie même de faible importance peut avoir des effets sur des populations vulnérables. Le plan devrait comprendre une carte des terres forestières situées au sein de la municipalité et dans ses environs. Le MRN peut être en mesure de contribuer à la classification des menaces potentielles des diverses zones boisées. Le délai dont les municipalités disposent pour se préparer à un incendie de forêt peut être quasi inexistant si l’incendie prend naissance dans une zone bâtie ,ou encore varier entre quelques heures ou quelques jours si le foyer de l’incendie se trouve à des kilomètres, mais que le feu prend de l’ampleur et en vient à représenter une menace.

Caractéristiques du risque

Un incendie de forêt peut se déclarer à l’intérieur ou à l’extérieur des limites de la municipalité et entraîner diverses répercussions du point de vue juridique ou de la récupération des coûts. Une municipalité peut être menacée par la fumée dégagée par des incendies de forêt éloignés ou encore par les flammes lorsque l’incendie se rapproche.

Consultez le profil de risque de la collectivité élaboré pour la municipalité afin d’évaluer les risques courus par la municipalité en cas d’incendie de forêt. Le risque comporte deux composantes : la probabilité et les répercussions. Le profil de risque peut être utilisé pour quantifier les possibilités qu’un incendie de forêt puisse toucher la communauté, en fonction des antécédents en cette matière. Les répercussions peuvent varier considérablement selon l’ampleur et l’emplacement de l’incendie de forêt. Le profil de risque devrait décrire les répercussions dans leurs lignes générales.

Dans l’ensemble de la province, la période et la durée de la saison des incendies de forêt varient. L’auteur du plan peut consulter le MRN pour établir la saison normale des incendies de forêt pour la municipalité. Il ne faut pas oublier que les feux d’herbes du printemps et de l’automne peuvent présenter à peu près les mêmes menaces que les incendies de forêt. La population qui risque d’être touchée peut être composée en partie de résidents permanents et saisonniers et d’entreprises commerciales et industrielles. Le plan devrait déterminer le nombre de personnes pouvant être touchées par la menace saisonnière des incendies de forêt. Il faut prendre en considération les entreprises qui nécessitent une source extérieure d’air frais (par exemple, les exploitations minières).

Les incendies de forêt peuvent avoir des répercussions sur les infrastructures essentielles d’une municipalité. Le plan devrait établir la liste des infrastructures essentielles qui pourraient être perdues ou perturbées à court ou à long terme en raison d’un incendie de forêt. La préservation des infrastructures essentielles peut guider certaines des priorités de lutte contre l’incendie.

Le plan devrait répertorier les conséquences économiques d’un incendie de forêt sur la municipalité. Pourrait-elle perdre un ou des employeurs majeurs, ou ceux-ci pourraient-ils être dans l’obligation de cesser leurs activités pendant une longue période? Les industries de la municipalité dépendent-elles de la forêt pour leur approvisionnement en bois?

Intervention

Mise en œuvre du plan

[Qui a l’autorité de mettre en œuvre le plan (p. ex., le Groupe municipal de maîtrise des situations d’urgence, l’organisme dirigeant)?]

[Qui tient à jour la liste d’avis aux partenaires externes?]

[Qui doit aviser les personnes ayant des responsabilités en vertu du plan et comment?]

Le plan doit indiquer qui a l’autorité d’amorcer le processus de notification et de mettre le plan en œuvre. Cette autorité peut appartenir à des personnes clés, comme un membre du Groupe municipal de maîtrise des situations d’urgence ou un chef de service. La personne responsable de tenir la liste d’avis pour le personnel interne et les partenaires externes doit être clairement indiquée. Un processus d’avis clair et succinct doit désigner la personne responsable de communiquer les avis ainsi que les méthodes de notification principale et secondaires.

Rôles et responsabilités

Les municipalités devraient collaborer avec des partenaires pour déterminer les rôles et les responsabilités. Les ministères et les organismes pouvant participer à l’intervention sont notamment (mais sans s’y limiter) les services d’incendie et de police, les services médicaux d’urgence, les services sociaux d’urgence, les organismes bénévoles, les ministères provinciaux (p. ex, Richesses naturelles) et les représentants de l’industrie. Les points ci-dessous indiquent des exemples de responsabilités pouvant être assignées :

  • Diriger le Groupe municipal de maîtrise des situations d’urgence
  • Déclarer une situation d’urgence et ordonner une évacuation partielle ou totale de la municipalité
  • Assurer la liaison avec le commandant des opérations sur le lieu de l'incident du MRN
  • Agir à titre d’agent des services au Centre des opérations d’urgence (COU)
  • Assurer la transmission rapide et exacte de l’information aux médias, en collaboration avec les partenaires (p. ex., la Police provinciale de l'Ontario, le MRN)
  • Recueillir l’information auprès des services d’urgence et des organismes, la traiter et la diffuser
  • Assurer les communications, au besoin, pour appuyer les interventions en cas d’urgence ou de catastrophe
  • Diriger l’évacuation partielle ou totale de la communauté, sous la direction du Groupe municipal de maîtrise des situations d’urgence
  • Contrôler les déplacements dans la zone évacuée
  • Assurer la sécurité dans la zone évacuée et aux alentours
  • Fournir des barricades pour interdire l’accès aux zones évacuées
  • Faciliter l’accès du MRN aux bornes d’incendie, si l’eau de la municipalité est requise pour l’extinction des incendies ou pour la protection des biens par des gicleurs
  • Fournir des camions-citernes au MRN et au service des pompiers, pour une alimentation supplémentaire en eau
  • Organiser le transport des évacués qui ont besoin d’aide pour l’évacuation
  • Assurer la liaison avec l’équipe de gestion des incidents
  • Amorcer le processus initial d’extinction des incendies de forêts qui se déclarent dans la municipalité ou aux environs
  • Collaborer avec le MRN pour l’extinction des incendies et fournir les ressources demandées
  • Aider les services de police à coordonner l’évacuation de la municipalité
  • Procurer des abris et des logements aux évacués
  • Assurer la liaison avec la municipalité qui accueille les évacués
  • Fournir des avis et des directives sur la qualité de l’air et sur le besoin d’évacuer les populations vulnérables
  • Mettre en place des plans d’aide mutuelle
  • Assurer les services de sauvetage et de lutte contre les incendies
  • Contrôler les mouvements de panique dans la zone de lutte contre l’incendie
  • Établir des routes pour les véhicules d’urgence
  • Aviser les hôpitaux du nombre et du type de victimes
  • Contrôler la circulation et les foules
  • Éliminer les dangers résultant des services publics endommagés
  • Émettre des avis sur la propagation du feu
  • Assurer la continuité des activités
  • Assurer un abri d’urgence pour les animaux de compagnie et le bétail

Chaque municipalité se trouvant dans la « région d’incendie », conformément à la définition donnée dans la Loi sur la prévention des incendies de forêt, est responsable de l’extinction des incendies d’herbe, de broussailles ou de forêt qui se déclarent sur son territoire (article 21 de la Loi sur la prévention des incendies de forêt). En vertu d’un décret, le MRN assume la responsabilité de toutes les interventions provinciales pour l’extinction des incendies de forêt, et chaque district de protection contre les incendies dispose d’une Équipe d’intervention en cas d’urgence qui aide les municipalités à répondre à ce genre de situation. La Loi sur la prévention des incendies de forêt prévoit que le représentant du programme de gestion des feux du MRN est responsable de la gestion des incendies de forêt sur les terres de la Couronne, en Ontario. En outre, le MRN peut procéder à l’extinction des incendies de forêt dans les zones municipales lorsque le service local des pompiers ne peut intervenir en raison de l’emplacement ou de l’ampleur de l’incendie.

De nombreuses municipalités ont conclu des ententes avec le MRN pour l’extinction des incendies de forêt. Ces ententes établissent les tarifs pour les services d’extinction ainsi que les frais annuels appelés « frais de protection complète ». Ces frais sont déterminés en fonction de la propriété des terres (privées ou de la Couronne) et du partenaire qui assume la majorité des responsabilités de l’autre partenaire. Dans certains cas, le MRN paie la municipalité, alors que dans d’autres, la municipalité paie le MRN. Si aucune entente n’a été conclue, le MRN facturera la totalité des frais pour le recouvrement des coûts liés aux services d’intervention pour la lutte contre les incendies de forêt. Les coûts des interventions aériennes et terrestres pour l’extinction des incendies de forêt peuvent grimper rapidement, et la municipalité devra en assumer le règlement, que la situation d’urgence soit ou non déclarée en vertu de la Loi sur la protection civile et la gestion des situations d’urgence.

Par conséquent, l’organisme dirigeant responsable des activités d’extinction des incendies de forêt sera le MRN ou la municipalité, et cet organisme dirigeant pourra être appelé à changer pendant la durée de la situation d’urgence. Dans de nombreuses situations de lutte contre l’incendie, on fait d’abord appel à une stratégie d’intervention interorganismes dans laquelle le service des pompiers de la municipalité et le MRN collaborent pour maîtriser l’incendie. Des facteurs comme l’emplacement de l’incendie, le comportement du feu, les ressources disponibles, la durée de l’intervention et l’ampleur de l’incendie serviront à déterminer l’organisme qui dirigera les opérations. La municipalité assurera la direction des interventions municipales pour la situation d’urgence (par exemple, l’évacuation), avec le soutien du MRN, au besoin.

Le MRN assure la gestion des incendies de forêt importants et dangereux en collaboration avec une équipe de gestion des incidents (EGI) provenant de partout dans la province ou en Amérique du Nord. Cette équipe, tout comme le personnel de soutien et d’extinction des incendies, établit habituellement sa base près du lieu de l’incendie de forêt, souvent très loin de la municipalité. Cependant, ces personnes peuvent être situées dans une municipalité et déployer du personnel pour la protection des biens et les autres priorités de gestion des incendies au sein de la municipalité en ce qui a trait à l’incident.

Voici des responsabilités précises qui pourraient être attribuées au MRN :

  • Déterminer l’emplacement d’un poste de commandement du lieu de l’incident, qui pourrait servir uniquement au MRN ou être un poste de commandement interorganismes, selon la situation
  • Assurer l’extinction des incendies de forêt
  • Protéger les biens en fonction des priorités
  • Assurer la liaison avec l’Équipe d’intervention en cas d’urgence du district et le Groupe municipal de maîtrise des situations d’urgence
  • Participer à la diffusion de l’information ou diffuser l’information et les mises à jour au cours des assemblées municipales, au besoin

Des ententes précises devront être conclues pour les secteurs non inclus dans la zone de protection contre les incendies du MRN (en ce qui concerne les zones habitées, cela s’applique à presque tout le sud de l’Ontario). Les municipalités dans cette situation devront discuter du rôle que jouera le MRN, si nécessaire, dans la lutte contre les incendies.

Évacuation et abri

Même si un incendie n’est pas très étendu, son emplacement peut représenter des risques immédiats pour les personnes et les propriétés, et une évacuation rapide de l’ensemble ou d’une partie de la municipalité peut être nécessaire. Un incendie de forêt qui débute à plusieurs kilomètres d’une municipalité peut tout de même constituer une menace s’il prend de l’ampleur. Au départ, la fumée dégagée par le feu peut causer des problèmes de santé à la population vulnérable et forcer leur évacuation. La fumée peut nuire aux activités de lutte contre l’incendie et à la circulation lorsque la visibilité est réduite. Plus tard, lorsque l’incendie progresse vers une communauté, il peut menacer les gens et les propriétés et entraîner l’évacuation d’une autre partie de la population.

L’Équipe d’intervention en cas d’urgence de district du MRN peut aider une municipalité à procéder à l’évacuation, si nécessaire. Les coordonnées du MRN doivent être inscrites dans le plan. L’évacuation est habituellement dirigée par les services de police et des incendies de la municipalité.

L’évacuation des populations vulnérables peut exiger des ressources spéciales, et le plan devrait quantifier ces populations vulnérables, en précisant leur emplacement ainsi que les mesures prévues et l’équipement nécessaire pour procéder à leur évacuation rapide. Par exemple, le plan devrait établir un dénombrement exact des personnes qui nécessiteront un moyen de transport. Si votre municipalité a déjà établi un plan d’évacuation, il est possible de le mentionner dans cette section ou d’en extraire des renseignements détaillés pour les intégrer ici.

La municipalité doit prévoir des évacuations potentielles au cours d’une situation d’urgence causée par un incendie de forêt. Le plan doit indiquer un centre local d’évacuation et une solution de rechange, ainsi que l’organisme qui assurera la dotation en personnel de ces installations. De plus, le plan devrait mentionner les collectivités environnantes qui ont accepté d’accueillir des évacués. Il devrait inclure les principales personnes-ressources, la capacité d’accueil selon la période de l’année et toute condition régissant l’accueil des évacués. Le plan devrait mentionner d’autres moyens de transport possibles pour les évacués qui ont besoin d’aide.

Le plan doit traiter des exigences pour l’évacuation et les abris sur place à considérer :

  • définir les abris sur place et les procédures d’évacuation (p. ex., les routes d’évacuation planifiées ou les procédures pour choisir des routes d’évacuation selon chaque situation d’urgence);
  • désigner les centres de réception, l’emplacement des centres d’évacuation et les responsabilités;
  • élaborer un plan pour les animaux et le bétail;
  • penser aux répercussions du danger sur les routes d’évacuation.

Ententes avec les collectivités voisines

[Détaillez les ententes (ententes d’aide mutuelle, protocoles d’entente, etc.) prises avec les collectivités voisines en matière d’aide, comme l’hébergement des évacués, la disponibilité et l’utilisation des COU auxiliaires ou des équipes d'intervention en présence de matières dangereuses et le partage des ressources humaines. N’oubliez pas que vos ressources externes en provenance des collectivités voisines peuvent s’être déjà engagées, car elles ont été touchées par le même événement. Leur intervention peut également être retardée.]

[Détaillez l’étendue de l’aide qui pourrait être fournie par la municipalité pour assister les personnes évacuées (financière, logistique/conseil).]

Information et communications sur les situations d’urgence

Vous pouvez rédiger à l’avance les communications en prévision de situations d’urgence causées par un incendie de forêt ou puiser dans les sources existantes. Ces documents peuvent être mis en annexe au plan de mesures d’urgence en cas de feux de forêt ou ajoutés au Plan d’information sur les urgences et être mentionnés ici. Si le Plan d’information sur les urgences contient des renseignements précis sur les incendies de forêt, notamment des communiqués de presse rédigés à l’avance dans lesquels il ne reste qu’à inclure les détails sur la situation courante, il faudra le mentionner dans le plan. S’il n’existe aucun Plan d’information sur les urgences, on peut demander à l’agent d’information sur les situations d’urgence de rédiger des communiqués de presse standard.

Le programme d’éducation du public de la municipalité peut traiter des incendies de forêt dans le cadre du programme annuel de gestion des situations d’urgence. Les documents doivent être inclus dans le plan de mesures d’urgence en cas de feux de forêt à titre de ressources dans lesquelles il est possible de puiser pour la rédaction des communiqués de presse ou des avis publics. Par exemple, les outils de référence rapide pourraient comprendre l’information sur les évacuations, les systèmes d’avertissement, les choses à emporter, les animaux de compagnie, la protection de sa maison, l’inscription et les protocoles de retour. Si les renseignements relatifs aux incendies de forêt sont publiés sur le site Web de la municipalité, le plan devrait contenir un lien pour que les résidents puissent prendre connaissance des mesures de préparation et d’intervention à prendre.

Le plan devrait indiquer les médias et les autres moyens de communication qui peuvent être utilisés pour diffuser les nouvelles et l’information concernant un incendie de forêt. Il est conseillé d’établir des relations avec des médias, tout spécialement les médias locaux, afin qu’ils collaborent à la diffusion de l’information urgente avant l’apparition de la situation d’urgence. Le plan doit mentionner les coordonnées des personnes-ressources au sein des médias et celles de leurs remplaçants, pendant et après les heures ouvrables, afin qu’il soit possible de diffuser le message auprès d’un maximum de personnes.

Tout au long de la saison des incendies de forêt, les’agents d’information sur les incendies du MRN diffusent des renseignements sur la situation courante des incendies de forêt et sur les dangers d’incendie. Il est important que l’agent d’information sur les situations d’urgence de la municipalité établisse un lien avec son homologue du MRN pour contribuer à la diffusion de l’information la plus récente au public, de manière uniforme.

Lorsque la menace d’un incendie de forêt se précise peu à peu, les assemblées municipales peuvent constituer d’excellentes tribunes pour informer le public et pour répondre aux questions et aux préoccupations. Les assemblées municipales sont habituellement planifiées et dirigées par l’agent d’information sur les situations d’urgence ou par une personne nommée par le Groupe municipal de maîtrise des situations d’urgence. L’Équipe d’intervention en cas d’urgence du district ou le commandant des opérations sur le lieu de l’incident du MRN peut parler des problèmes entourant l’incendie de forêt alors que les dirigeants municipaux peuvent décrire les interventions prévues face à la situation. Le plan devrait indiquer d’autres endroits où les assemblées municipales peuvent être tenues. Si une partie ou la totalité de la population de la municipalité a été évacuée vers une communauté d’accueil, il faut prendre des dispositions pour informer les évacués de façon régulière. Ces comptes rendus aident à réduire le sentiment d’anxiété et à corriger l’information erronée et les rumeurs à propos de l’événement.

Ressources

Dans une situation d’urgence causée par un incendie de forêt, le service des pompiers de la municipalité et le MRN fourniront la plupart des ressources d’intervention. Le plan devrait indiquer l’endroit et la façon d’accéder à des ressources supplémentaires pour la lutte contre les incendies. Par exemple, une municipalité peut avoir conclu des ententes d’aide mutuelle avec d’autres collectivités. Il est également possible d’obtenir d’autres ressources d’aide, notamment auprès du Bureau du commissaire des incendies, par l’intermédiaire du Centre provincial des opérations d’urgence. Si la municipalité a conclu des ententes avec le secteur privé en vue d’obtenir des ressources pour la lutte contre les incendies de forêt, les coordonnées de ces entreprises doivent être inscrites dans le plan.

Les éléments ci-dessous constituent des exemples de ressources pouvant être requises au cours d’une situation d’urgence causée par un incendie de forêt :

  • Matériel de lutte contre les incendies et de sauvetage
  • Ambulances
  • Camions-citernes
  • Pompes en relais
  • Matériel de communication
  • Éclairage d’appoint
  • Installations d’alimentation électrique auxiliaires
  • Couvertures et nourriture
  • Dispositif mobile de sonorisation extérieure
  • Installations alimentaires d’urgence
  • Barricades
  • Équipement de réparation des services publics
  • Équipement lourd (bulldozers, etc.)
  • Véhicules de transport
  • Génératrices mobiles

Finances

[Précisez les procédures et les obligations financières, notamment :

  • contrats préexistants avec des fournisseurs en tout temps;
  • dépenses extraordinaires;
  • autorisation des dépenses (p. ex., qui a le pouvoir de signer un bon de commande?);
  • ressources humaines (p. ex., suivi des heures supplémentaires, des bénévoles et des conventions collectives);
  • récupération possible des coûts (p. ex., responsabilité civile);
  • endroit et procédure d’accès à une petite caisse d’urgence;
  • gestion des dons;
  • s’il y a lieu, communiquez avec le ministère des Affaires municipales et du Logement pour de plus amples renseignements sur le Programme ontarien de secours aux sinistrés (POSS) (voir le Guide de renseignements sur le POSS au http://www.mah.gov.on.ca/Page2343.aspx).]

Bon nombre de points touchant les finances peuvent déjà avoir été prévus dans le plan d’urgence de la municipalité. Ils peuvent être insérés dans le plan à titre de référence rapide.

En outre, il peut exister un certain nombre de points précis à considérer pour une situation d’urgence causée par un incendie de forêt :

  1. Le MRN peut récupérer les coûts auprès de la municipalité s’il n’existe aucune entente antérieure visant les incendies sur des terres privées ou conformément aux modalités de l’entente de gestion des feux de forêt entre le ministère et la municipalité.
  2. Comme il s’agit d’un désastre naturel, la municipalité pourrait être admissible aux fonds du Programme ontarien de secours aux sinistrés (POSS). Si l’incendie a été causé par des activités humaines, il peut être possible de récupérer des coûts si la responsabilité d’un tiers peut être prouvée.
  3. Les ententes d’aide mutuelle avec les municipalités voisines, le cas échéant, détermineront la responsabilité des dépenses à engager.

Plans auxiliaires/complémentaires :

Parmi les plans d’aide municipaux qui peuvent être mentionnés, notons un Plan d’information sur les’urgences, un plan d’évacuation ou des ententes d’aide mutuelle. De plus, dans la mesure du possible, le plan de mesures d’urgence en cas de feux de forêt devrait être coordonné conjointement avec les procédures et les plans d’intervention en cas d’urgence du MRN et des territoires avoisinants en ce qui a trait aux incendies de forêt.

Prévention

Établissez la liste des mesures préventives prises à ce jour et planifiées dans l’avenir pour ce type de danger, y compris les activités auxquelles peuvent participer les partenaires (notamment le ramassage des arbres déracinés par le vent). Par exemple, le MRN met en place un programme Intelli-feu pour informer les propriétaires des risques liés aux incendies de forêt dans leur région et leur offrir des conseils sur la façon d’atténuer ces risques :

http://www.mnr.gov.on.ca/fr/Business/AFFM/2ColumnSubPage/STEL02_168705.html.

Atténuation

Inscrivez les mesures d’atténuation mises en place à ce jour et prévues dans l’avenir pour ce type de danger, comme des normes d’entretien des propriétés résistant au feu et une planification plus large de l’utilisation des terres. Le MRN brûle les combustibles de profondeur en vue d’en réduire la quantité.

Préparation

Pensez aux initiatives visant la préparation qui doivent être incluses dans le plan de mesures d’urgence en cas de feux de forêt (p. ex., formation, sensibilisation du public, communications)

Planification de la continuité des opérations (PCO)

[Selon les pratiques recommandées, pensez inclure la PCO dans le cadre de votre processus de gestion du risque. Examinez l’emplacement des services, des installations et des infrastructures de la municipalité pouvant être touchés par un danger.]

Rétablissement

L’objectif de la municipalité, des citoyens et des entreprises est de se remettre de l’événement. Cela signifie restaurer l’infrastructure matérielle si c’est possible et souhaitable, et voir au bien-être émotionnel, social, économique et physique des personnes concernées. Des mesures permettant d’atteindre ces objectifs peuvent être prises au cours des interventions, notamment la gestion des dons ou l’envoi d’un avis au ministère des Affaires municipales et du Logement sur l’intention de la municipalité de faire appel au Programme ontarien de secours aux sinistrés (POSS). Pensez à former un comité POSS et à offrir une formation.

Pensez aux mesures d’atténuation à mettre en place au cours du processus de rétablissement pour réduire les répercussions d’événements semblables dans l’avenir, comme une infrastructure résistant au feu.

Pensez à établir un centre d’information de rétablissement où les personnes touchées peuvent obtenir de l’information supplémentaire sur le processus de rétablissement.

Activités d’après-crise

Comptes rendus

[Pensez à des procédures de production de rapports d’après-crise, tels que :

  • Compte rendu rapide tactique (rétroaction immédiate);
  • Compte rendu opérationnel plus détaillé;
  • Questionnaire (aux bénévoles, entrepreneurs, médias, propriétaires d’installations, etc.) afin de relever les lacunes et de retenir des améliorations à apporter;
  • Élaboration d’un rapport d’après-crise, d’un rapport financier et d’un rapport au comité/conseil du programme.]

[Désignez la personne responsable de les générer, à quel moment les générer, à qui ils seront présentés et comment incorporer les leçons tirées dans le plan sur les dangers.]