À propos du Système ontarien de gestion des incidents

À PROPOS DU SYSTèME ONTARIEN DE GESTION DES INCIDENTS

Gouvernance du projet

En 2006, plus de 30 organismes de gestion des situations d’urgence de l’Ontario ont commencé à travailler à l’élaboration d’un système provincial de gestion des incidentes. En 2008, le comité directeur provincial du Système ontarien de gestion des incidents (SOGI) auquel siégeaient des représentants de ces organismes et de GSUO, ont approuvé la première version de la doctrine du SGI. Ceci a marqué le début de la création d’une approche normalisée en matière de gestion des situations d’urgence fondée sur des pratiques recommandées à l’échelle internationale, mais conçue pour tenir compte des besoins particuliers de l’Ontario. Le comité directeur du SOGI assure toujours la gouvernance du projet et veille à l’élaboration d’un vaste éventail de ressources supplémentaires en SOGI.

Groupes de travail actifs

Plusieurs groupes de travail actifs mettent au point des ressources pour soutenir le SOGI :

  • Groupe de travail sur la formation
  • Groupe de travail sur les communications
  • Groupe de travail sur la gestion des ressources
  • Groupe de travail sur les centres des opérations d’urgence (COU)

Mise en œuvre dans des secteurs cibles

Bien que le SGI soit une approche normalisée pour la gestion des situations d’urgence, certains secteurs ont des besoins particuliers. Des groupes de travail sectoriels ont été mis sur pied pour appuyer la mise en œuvre du SGI dans des secteurs cibles :

  • Groupe de travail du secteur des soins médicaux d’urgence, présidé par The Association of Municipal Emergency Medical Services of Ontario (AMEMSO)
  • Groupe de travail sur le secteur de la santé, présidé par l’Association des hôpitaux de l’Ontario (OHA)
  • Groupe de travail sur le secteur des services d’incendie, présidé par The Ontario Association of Fire Chiefs (OAFC)
  • Groupe de travail sur les services policiers, présidé par l’Association des chefs de police de l’Ontario (ACPO)

Des groupes de travail sectoriels supplémentaires sont prévus.